Focus sur l’impressionnante programmation du Roadburn Festival

Le Roadburn 2019 se tiendra traditionnellement à Tilburg aux Pays-Bas du 11 au 14 avril dans le complexe du Poppodium 013 et ses multiples annexes. Le festival est déjà sold out, alors que la programmation n’est même pas encore terminée. On vous en dévoile quand même une bonne partie ci-dessous.

– Deux sets de Sleep: un centré sur Holy Mountain, l’autre sur The Science, agrémentés de bonus et autres petites surprises de leur choix.

– Pas moins de quatre sets pour les fabuleux Thou, programmés cette année comme « artistes en résidence » pendant ces quatre jours. A priori, sont prévus un set collaboratif, un set de reprises (Dieu sait qu’ils sont bons et prolixes dans cet exercice), un set acoustique et un dernier centré sur leur dernier et formidable album, Magus.

– Un show exceptionnel de Triptykon, qui interprétera, en compagnie du Metropole Orkest (hybride entre orchestre symphonique et big band jazz), un set baptisé Requiem, projet au long cours qui traîne dans la tête de Thomas Gabriel Fischer aka Tom G. Warrior depuis 1986, et dont les premiers jalons se trouvent dans les morceaux « Rex Irae » (sur l’album de Celtic Frost Into The Pandemonium, 1987) et « Winter » (Monotheist, 2006)

– Le retour de Old Man Gloom pour un set forcément spécial; Stephen Brodsky de Cave In remplaçant le regretté Caleb Scofield à la basse et gueulantes d’ursidé

– Après le set acoustique en hommage à Caleb Scofield l’an passé, le grand retour de Cave In (avec Nate Newton de Converge à la basse)

– Une collaboration inédite appelée Doolhof (aka « Labyrinthe » en dutch) entre Will Brooks (Dälek), Aaron Turner (Isis, Old Man Gloom & co) et le No Border belge Denis Tyfus, fondateur et gérant du label Ultra Eczema.

At The Gates (Tomas Lindberg étant élevé au poste de curateur/programmateur de la journée du samedi renommée The Burning Darkness)

– La funeral pop d’Anna von Hausswolff, première artiste choisie par Tomas Lindberg pour sa journée de curation

– Une réunion d’une douzaine de membres de groupes black metal hollandais (dont Laster, Verwoed, Witte Wieven, Turia, Fluisteraars, Grey Aura, Terzij de Horde, Folteraar, Nefast…) réunis sous la bannière Maalstroom pour composer et interpréter une pièce originale en 5 mouvements. La plupart des groupes impliqués, comme Verwoed, Turia ou Laster, joueront également des sets en solo.

– Le retour de LOOP après leur fabuleux concert de 2014 en ces lieux.

– Les rares shoegazers de Have A Nice Life seront présents pour 2 sets, dont un centré sur leur double-album Deathconsciousness.

– La résurrection de Gore

– Le fameux saxophoniste norvégien Mats Gustafsson sera là avec son projet The End, incluant le guitariste freenoise Anders Hana (ex-Noxagt, MoHa! ou Ultralyd), un batteur et une chanteuse éthiopienne.

– Les krautrockers chicagoans de Cave

– Les ahurissants death métalleux néo-zélandais d’Ulcerate

Orchestra of Constant Distress, soit des ex-Skull Defekts (que Tomas Lindberg avait initialement prévu de programmé avant d’apprendre qu’ils venaient juste de splitter…), plus le batteur des Brainbombs, No Balls et Regler = harsh noiserock!

Myrkur: Folkesange, soit Myrkur dans un set dédié au folk scandinave (chansons traditionnelles et compos perso), avec chorale, violoncelle (Jo Quail) et renfort de musiciens d’Heilung.

– L’anniversaire des 20 ans de Mono, invité pour l’occasion à jouer leur album Hymn to the Immortal Wind sorti il y a tout juste 10 ans, en compagnie du Jo Quail Quartet (violoncelles & co)

Young Widows joueront leur classique de 2008, Old Wounds + Jayle Jayle, projet solo à tendance Americana de leur chanteur-guitariste Evan Patterson (ex-National Acrobat, Breather Resist, Black Cross & co) + Fotocrime, nouveau projet à tendances post-punk du frangin, Ryan Patterson (National Acrobat, Black Cross, Coliseum & co)

– La réunion des anciens The Devil’s Blood encore vivants sous le nom de Molasses, accompagnés de quelques autres musiciens (d’Astrosoniq ou Birth of Joy) pour jouer de nouvelles compos, spécialement concoctées pour l’occasion.

– Pharmakon

– Daughters

– Grails

– Emma Ruth Rundle

– Marissa Nadler

– Midnight

– Drab Majesty

– Sumac (Aaron Turner inside)

– Un set spécial de Crippled Black Phoenix

– Le retour d’Hexvessel pour jouer leur nouvel album All Tree.

– Les portugais hauts perchés de Black Bombaim qui partageront la scène avec le saxophoniste mal embouché, Peter Brötzmann, légende du free jazz.

Thor Harris (ex-Swans) sera là avec ses copines percussionnistes dans le cadre de leur immersif projet Thor & Friends

– Les Floridiens de Wrong, avec des membres de Torche et des ex-Kylesa en son sein.

– Les black métalleux new-yorkais d‘Imperial Triumphant joueront leur album de 2018, Vile Luxury.

– 2 sets des Cariocas de Deaf Kids, en solo et accompagné de leurs compatriotes de Pet Brick, duo electronoisy formé par un certain Iggor Cavalera, qui joueront, eux aussi, un set en solo.

– Gros focus sur le parisien Dehn Sora et ses multiples projets, tantôt black metal (Throane), sludge (Ovtrenoir) ou dark ambient (Treha Sektori)

– Territoire et leurs synthés interlopes viendront jouer leur petit dernier de 2018, dénommé Alix.

– Les Belges de Wolvennest viendront jouer leur album Void en compagnie des tous les invités présents sur le disque

– Les échappés de The Ocean, Coilguns

Morne

Bossk qui jouera son album de 2016, Audio Noir.

– Les frenchies de Bird In Row

Focus sur la scène de Gothenburg (Suède) par l’entremise de Tomas Lindberg : Fontän, obscurs space-rockeurs présentés comme un mix entre Magma et Krafwerk avec Robert Fripp à la guitare, le tout mixé par Brian Eno! + Uran, mystérieuse et monstrueuse (plus d’une dizaine de musiciens) entité « psychkrautspacegroove », soit le secret le mieux gardé de Suède, dixit Herre Lindberg + Le collectif spacekraut horrifique The Exorcist, sorte de Goblin suédois.

– Le retour de Conny Ochs, après déjà quatre apparitions au Roadburn par le passé, dans le cadre des festivités organisées pour les 20 ans du label Exile On Maintream (comme Noisepicker, Treedeon et la reformation d’Ostinato)

– Les brésiliennes de Rakta

Soft Kill viendront jouer deux de leurs albums (Heresy et Savior) en un seul set total post-punk.

– Les bruitistes Crowhurst (soit surtout Jay Gambit) qui, en plus d’un set en solo, croiseront également le fer avec le maître des Ténèbres Mories aka Gnaw Their Tongues pour une réinterprétation de leur album commun sorti l’an passé.

– Un focus sur le label Holy Roar avec 5 artistes issus de leur catalogue: A.A. Williams (quelque part entre PJ Harvey et Emma Ruth Rundle), Conjurer, Pijn, Secret Cutter et Svalbard.

– Les suédois d’Agrimonia, soit une version plus prog d’Amebix, selon Tomas Lindberg.

Bellrope, avec des ex-Black Shape Of Nexus qui nous avaient régalés d’une performance hautement mémorable en 2008.

Dodecahedron, black métalleux complexes et locaux de l’étape.

– L’habitué des lieux Dirk Series aka Fear Falls Burning, cette année accompagné d’un saxophoniste, du batteur de Switchblade et du claviériste de Spiritual Beggars (ex-Opeth).

– Le nouveau projet de l’ex-guitariste de The Devil’s Blood, Gold.

– Les vikings folk d’Heilung